×

Suivre FIBA sur Facebook

08/10/2020
Africa
to read

Le basket féminin africain à la conquête de la France

ABIDJAN (Côte d'Ivoire) - Les basketteuses africaines exportent depuis longtemps leur talent en France, où certaines des plus connues d'entre elles évoluent dans les meilleures équipes de la Ligue féminine de basketball (LFB).

C'est peut-être une coïncidence, mais quelques-unes figurent dans la liste des joueuses les plus marquantes de la décennie concoctée par l'équipe éditoriale de FIBA Afrique. Une chose est sûre : leurs performances suscitent énormément d'intérêt.

Actuellement, elles sont dix à participer au championnat national français. Le Nigeria est le pays le mieux représenté avec cinq joueuses. FCB Ardennes est le club de l'intérieure Evelyn Akhator, tandis que la distributrice Ezinne Kalu évolue quant à elle à Landerneau Bretagne Basket.

Les autres clubs où jouent des Nigérianes sont Saint-Amand Hainaut Basket (Uju Ugoka), Nantes Rezé Basket (Ify Ibekwe) et Charnay Basket Bourgogne Sud (Promise Amukamara).


Mame-Marie Sy , portant alors le maillot de Villeneuve d'Ascq


Il y a ensuite deux Sénégalaises : Mame Sy au FCB Ardennes et Bintou Dieme à Nantes Rezé. Le Mali, la Côte d'Ivoire et le Mozambique comptent chacun une représentante, avec dans l'ordre Djene Diwara et Kariata Diaby à Villeneuve d'Ascq, et Leia Dongue qui vient de signer avec Nantes Rezé.

La présence de joueuses africaines en Europe, en particulier en France, est la preuve que le potentiel du continent africain est connu.

"Je pense que nous avons prouvé à de nombreuses reprises que le basket africain va dans la bonne direction, notre talent est reconnu," dit Kalu, nommée dans le "5 majeur" du Tournoi de Qualification Olympique Féminin FIBA de Serbie plus tôt cette année, aux côtés de Leia Dongue, de la Serbe Ana Dabovic et du duo d'Américaines Nneka Ogwumike-Aj'a Wilson.

Pour encore appuyer ces propos, Diaby a figuré dans le "5 majeur" de la saison 2019-20 de la  LFB, tandis que Kalu, MVP du FIBA Women's AfroBasket 2019 à Dakar (Sénégal), a été la meilleure marqueuse de Landerneau avec une moyenne de 15,5 points par match.

La saison dernière, Evelyn Akhator a elle aussi joué un rôle déterminant au sein du FCB Ardennes. Ce ne sont que quelques exemples, mais ils ont leur importance. "Il y a tellement de talent en Afrique, ceci n'en est que la confirmation," note à nouveau Kalu.

View this post on Instagram

Oooo back @ it again! #BasketballisBack 🤪🏀

A post shared by Promise Amukamara (@ipromisee10) on

 

La Sénégalaise Mame Sy, qui compte également parmi les meilleures joueuses africaines de ces dernières années, évolue en France depuis quelques saisons. Elle se sait très observée.

"Le fait que des joueuses africaines se font recruter non seulement en France, mais aussi partout en Europe, est un bon signe. Cela veut dire que nous sommes sur la bonne voie et que nous, les porte-drapeaux, sommes reconnues à notre juste valeur," dit-elle.

Certaines des superstars continentales ont lancé véritablement leur carrière au niveau universitaire aux USA.

"Cela a commencé ainsi", indique Mame Sy, citant Evelyn Akhator comme exemple. "Et ensuite elles retournent jouer au pays et elles y élèvent le niveau de jeu. Maintenant, nous pouvons pratiquer notre sport sans aucun complexe." 


Ces dernières années ont été incroyables pour le basket africain féminin. L'équipe nationale du Nigeria, quart de finaliste de la Coupe du Monde Féminine FIBA 2018 à Tenerife (Espagne), a écrit l'histoire tout en faisant énormément parler d'elle.

"Il est évident que le Nigeria a placé la barre très haut et a fait tomber des barrières. Nous rivalisons au plus haut niveau avec les équipes européennes et du reste du monde", lance Kalu.

Et elles n'ont aucunement l'intention de s'arrêter là. Kalu et Mame Sy se montrent ambitieuses : "Nous allons continuer à surprendre la planète basket," souligne la MVP du FIBA Women's AfroBasket 2019.

Sy conclut : "Le Nigeria a montré à tout le monde que l'Afrique est talentueuse. Les autres nations continentales ont désormais à cœur de prouver elles aussi leur valeur."

FIBA