Basketball is coming home!

Le nouveau Système de compétition de la FIBA et son calendrier - dont le but est d’aider le développement du sport dans le monde entier, d’augmenter sa visibilité grâce aux matches des équipes nationales sur une base régulière et de créer des opportunités pour les nouveaux talents - entreront en vigueur en novembre, lorsque les éliminatoires de la Coupe du Monde FIBA 2019 débuteront.

 

Le moment est venu

Le nouveau système offre une structure et une hiérarchie des compétitions au niveau global claires, il défend mieux les intérêts de joueurs et il est plus simple à comprendre pour les fans. Les matches des équipes nationales tout au long de l’année entraîneront une plus grande couverture médiatique et une meilleure promotion, permettant de créer des synergies avec les compétitions de clubs et d’optimiser le potentiel commercial du basketball.

Le nouveau système met un terme aux différents problèmes mis en évidence au cours de la longue période de consultation et identifiés comme suit :
• Manque de visibilité des équipes nationales dans leurs propres pays ; contrairement à de nombreux autres sports d’équipe, il n’y avait aucun match à domicile des équipes nationales de manière régulière ;
• Les compétitions des équipes nationales n’avaient lieu qu’en août ou septembre, d’où accroissement du manque de visibilité ;
• Un système de qualification plus simple était nécessaire dans toutes les Zones de la FIBA ;
• Il y avait un manque flagrant de suivi dû aux longues périodes sans matches avant les compétitions des équipes nationales ;
• Les contraintes physiques et morales sur les joueurs internationaux, obligés de prolonger leurs efforts en été après des saisons en clubs déjà longues et éprouvantes, rendaient leur participation très incertaine ;
• Le calendrier précédent n’offrait aucun potentiel de développement pour la plupart des fédérations nationales, puisque c’étaient toujours les mêmes pays qui gagnaient les compétitions majeures ;
• Il y avait un besoin de mieux développer les “joueurs locaux”, et ceci sera favorisé par la possibilité pour les équipes de modifier leurs contingents pour chacune des fenêtres qualificatives ;
• Les autres sports progressent et ils adaptent également leurs propres modèles.

 

Les bénéfices du nouveau système de compétition et du nouveau calendrier

• Regain d’intérêt pour le basketball, grâce aux matches des équipes nationales à domicile, devant leurs fans, sur une base régulière ;
• Amélioration du processus qualificatif pour les tournois des équipes nationales, avec un parcours (“Road to”) clair vers les principales compétitions FIBA ;
• Meilleure exposition du basketball, avec plus de 150 pays en compétition via plus de 1’250 matches réguliers et compétitifs ;
• Plus d’opportunités pour les pays émergents et leurs joueurs, qui ont ainsi plus de possibilités de se faire remarquer grâce aux matches officiels plus fréquents ;
• Meilleure exposition médiatique et facilitation de la promotion des équipes nationales - générant des bénéfices dans toutes les Zones de la FIBA ;
• Visibilité des équipes nationales tout au long de l’année, pouvant créer des synergies avec les compétitions de clubs. Plus grand potentiel pour les partenaires commerciaux et les médias de s’associer aux compétitions des équipes nationales et aux principaux tournois FIBA ;
• Un système qui protège mieux les joueurs, avec une réduction de 20 à 25 % (en fonction des zones) de leurs obligations envers leurs équipes nationales et incluant notamment un été libre tous les quatre ans, ceci afin d’optimiser les chances de participation des stars internationales aux événements FIBA ;
• Assister la croissance et le développement continus des fédérations nationales membres de la FIBA.

 

Matches des équipes nationales sur une base régulière

La clé pour avoir un système qui a du succès est de s’assurer qu’il y a régulièrement des matches internationaux, tout au long de l’année - en faisant ainsi un produit plus attractif.

À l’heure actuelle, le basketball est le seul sport collectif olympique où les équipes nationales ne jouent que l’été. Il a été démontré que cette situation est dommageable à long terme pour le basketball. En comparaison, le football a chaque année au moins quatre fenêtres bloquées durant la saison des clubs - le double du basketball en 2017. En général, les autres sports collectifs (football, volleyball et handball) ont plus et/ou de plus longues fenêtres durant la saison des clubs, et ils tirent profit de cette exposition continue.

Chaque fenêtre durera neuf jours, soit deux week-ends en pratique, durant la saison de neuf mois qui coure d’octobre à juin.

 

Engouement général

La FIBA est heureuse de constater que la majorité de la grande famille du basketball a accueilli avec enthousiasme le nouveau système de compétition et le nouveau calendrier qu’elle a développés afin d’accroître l’attractivité commerciale du sport au niveau international.

Andrei Kirilenko, ancien international  Russe et président de la  fédération russe de basketball :
“La seule fois qu’on voit son équipe nationale, c’est durant un mois de l’année, en général vers le mois d’août, et évidemment que ce n’est pas du tout bon pour les fans. Avec le nouveau système de compétition, vous pourrez la voir tous les trois mois, vous verrez vos joueurs préférés à domicile et plusieurs villes auront l’opportunité d’accueillir l’équipe nationale. C’est donc une excellente idée. L’équipe nationale, c’est le joyau de la couronne, la cerise sur le gâteau.”

Sergii Gladyr, joueur de l'équipe nationale d'Ukraine :
“Ce calendrier offrira à chacun une chance de jouer en équipe nationale en cours d’année, et en plus en bonne condition physique. Les matches durant la saison donneront (aux fans) l’opportunité d’être présents et de les voir.”

Henrik Dettmann, coach de la Finlande :
“C’est la locomotive du sport… sans les équipes nationales, nous ne pourrons jamais toucher d’autres gens que les fans inconditionnels de basketball.”

Andrew Gaze, ancien international de l'Australie et membre du FIBA Hall of Fame (volée 2013) :
“Ce nouveau système génère plus de matches contre des adversaires de qualité, et cela attirera les meilleurs joueurs. Ces matches auront une vraie signification. Disputer un match qualificatif pour des JO ou pour une Coupe du Monde FIBA, c’est pour ça que tu t’entraînes.”

Wim Van de Keere, directeur général de la Scooore! League en Belgique :
“Ce [nouveau système de compétition] n’est pas seulement mieux pour les joueurs, c’est aussi stratégiquement, économiquement et commercialement une excellente décision. Il ne fait aucun doute que ces fenêtres du calendrier accommoderont parfaitement ce nouveau produit et projet.”

Matteo Mammi, directeur des droits, de la programmation et de la production de Sky Italia Sport :
“Le nouveau calendrier international sera d’un grand bénéfice pour les médias, puisqu’il offre une fréquence et une régularité dans la programmation, avec une visibilité de l’équipe nationale tout au long de l’année, augmentant ainsi le potentiel du basketball à la TV.”

Lynn Merritt, vice-président de Nike Global Basketball Sports Marketing :
“Avec l’intensification de ce calendrier et le nouvel accent mis sur les matches internationaux, nous nous réjouissons d’aider les fans du monde entier à créer un lien privilégié avec leurs équipes nationales et leurs joueurs.”

Les différentes ligues nationales à travers le monde ont accepté d’implémenter le nouveau système de compétition et le nouveau calendrier.

En 2015, les ligues européennes ont décidé lors de l’assemblée de l’ULEB (Union of European Basketball Leagues) de modifier les statuts de l’ULEB et d’accepter le calendrier de la FIBA.

En 2016, l’ECA (Euroleague Commercial Assets) a changé ses règlements, éliminant les barrières à la participation des joueurs aux équipes nationales.

En novembre 2016, la FIBA a reçu une lettre de l’ECA confirmant que ses règles n’empêchent ou ne limitent en aucun cas la libération des joueurs pour les compétitions des équipes nationales.

Le nouveau système de compétition et le nouveau calendrier sont les fruits d’une initiative globale, pas uniquement européenne.

Il est intéressant de noter qu’un tel système existait en Europe jusqu’en 2003, lorsque l’ULEB organisait l’Euroleague et l’Eurocup.

Mais depuis 2003, l’ECA a quasiment doublé le nombre de matches internationaux disputés par les clubs, jusqu’à un total de 37 par saison. Pour certains clubs, cela représente plus de matches que ceux de leurs propres championnats nationaux.

Plusieurs associations de joueurs ont confirmé récemment leur ferme intention de prendre part aux éliminatoires :

Alfonso Reyes, ancien joueur de l'Espagne et président de la  'Spain's Professional Basketball Players Association (ABP)' :
“À l’époque (jusqu’en 2003), nous jouions les fenêtres FIBA et il n’y avait aucun problème. La ligue européenne était plus rationnelle que l’actuelle et il y avait moins de matches. Le souci aujourd’hui vient du fait qu’il y a trop de matches en Euroleague. (Le président et directeur d’ECA Jordi) Bertomeu s’est arrogé le pouvoir de décider qui peut aller jouer en équipe nationale. Qui est-il pour agir ainsi ?"

Rafa Jofresa, ancien joueur de l'Espagne et secrétaire général de la 'Spain's Professional Basketball Players Association (ABP)' :
“L’Euroleague ne peut pas faire ça (empêcher un joueur d’accepter une sélection en équipe nationale), parce les règles obligent les athlètes à répondre favorablement à une sélection.”

Communiqué au nom des membres de la 'Greek Union of Professional Basketball Players' :
“Nous n’approuvons pas (non plus) les dernières déclarations de Jordi Bertomeu concernant les éliminatoires de la Coupe du Monde FIBA et l’obligation des joueurs de disputer l’Euroleague. Nous comprenons son souhait, parce qu’il veut protéger son “produit”, mais l’argent n’est pas tout… Les équipes nationales passent avant tout et nous sommes en désaccord complet avec M. Bertomeu. Nous sommes des “coéquipiers” des joueurs de basketball espagnols qui n’ont pas hésité à s’opposer à leur compatriote (Bertomeu). De telles décisions doivent être prises par les protagonistes du basketball. Cela signifie les joueurs et les fédérations de chaque pays.”

 

L’exemption de la NBA pour les fenêtres qualificatives durant sa saison

La NBA a bien accueilli et elle soutient le nouveau système de compétition et le nouveau calendrier.

Le tout a été conçu avec l’objectif d’assurer une plus grande participation des joueurs NBA aux principales compétitions - Coupe du Monde FIBA, Coupes continentales et Jeux Olympiques - dont ils ont été fréquemment absents au cours des dernières années, selon le système du “un tournoi chaque été".

Les joueurs NBA seront disponibles lors des fenêtres en dehors de la saison NBA, par exemple en juin/juillet et septembre.

En tant que ligue de basketball N° 1 monde, la NBA ne peut pas être traitée comme n’importe quelle autre ligue. Selon le magazine Forbes, en 2015, chaque franchise NBA valait en moyenne $1.25 milliards. La valeur de certaines équipes montait même jusqu’à $3 milliards, avec pour les joueurs des salaires dépassant les $20 millions. Annuellement, la NBA dégage un chiffre d’affaires de $7.5 milliards.

 


Le nouveau système de compétition et le nouveau calendrier de la FIBA - un outil pour développer les nouveaux talents

Le nouveau système de compétition et le nouveau calendrier offriront de nouvelles opportunités de jouer au niveau international aux jeunes joueurs d’un plus grand nombre de pays. Cela permettra aux basketteurs des nations les plus modestes de se développer et de progresser. Plus ils joueront de matches contre de bons adversaires, plus ils auront de chance de s’améliorer.

De plus, l’absence de joueurs NBA durant deux des fenêtres qualificatives donnera aux autres joueurs talentueux une opportunité de briller en équipe nationale, avec comme conséquence directe la possibilité de développer une toute nouvelle génération de futures stars du basketball.