Depuis la première apparition de la compétition féminine en 1976, c’est devenu le rêve de toute joueuse de basketball, jeune ou expérimentée, de prendre part au Tournoi Olympique.

Son attrait n’a pas faibli au fil des années, bien au contraire.

Toutes les nations présentes au Brésil tenteront de déloger les États-Unis du trône qu’ils occupent depuis 1996. Un titre à Rio serait le sixième de suite et signifierait deux décennies entières de domination.

À cette série, il faut rajouter les consécrations de 1984 à Los Angeles et de 1988 à Séoul, portant leur palmarès à sept médailles d’or.

L’Union soviétique a été le premier pays à être sacré champion olympique en 1976. Elle parvint à défendre victorieusement son titre devant son public, à Moscou, quatre ans plus tard.

Depuis, les États-Unis ont un bilan quasiment parfait. Seule une défaite à Barcelone en 1992 contre la Communauté des États Indépendants (CEI) et ses vedettes Natalia Zasulskaya et Elena Khoudachova a troublé la nette domination des Américaines.

L’Australie a souvent bousculé l’hégémonie américaine, atteignant la finale en 2000, 2004 et 2008. À chaque fois, le match s’est soldé par une défaite.

À Londres en 2012, c’est la France qui a défié les États-Unis en finale. Mais l’histoire s’est répétée, avec un cinquième titre consécutif pour les USA.