×

Follow the World Cup on Facebook

15/02/2018
News
to read

Pour Lauvergne, seule la qualification compte

SAN ANTONIO (FIBA Basketball World Cup 2019 European Qualifiers) - Pour Joffrey Lauvergne, peu importe la manière : la France doit impérativement se qualifier pour la Coupe du Monde FIBA 2019 en Chine.

L'ailier de l'équipe de France et des San Antonio Spurs estime qu'il n'est pas important de produire du beau jeu ou pas, l'essentiel est de participer au tournoi à 32 équipes qui aura lieu du 31 août au 15 septembre 2019.

Avec des victoires 70-59 en Belgique et 84-65 à domicile contre la Bosnie-Herzégovine, les Éliminatoires de novembre ont été très réussis pour Les Bleus. À la fin du mois, la France accueillera la Russie et la Belgique.

Lauvergne a accordé un peu de son temps à FIBA.basketball. Il a fait part de son désir de disputer la fenêtre qualificative de juin-juillet. Il est également revenu sur les matches de novembre et sur un souvenir mémorable en Coupe du Monde.

La France n'aurait pas pu mieux débuter sa campagne qualificative.
Les deux premiers matches ont été bons et remporter les deux prochains est l'étape suivante vers notre objectif, une qualification pour la Chine. Nous devons nous qualifier, coûte que coûte. Peu importe la manière. Nous savons tous que le niveau en Europe est très compétitif. Nous l'avons encore vu l'été passé à l'EuroBasket. La qualité du basketball européen ne cesse d'augmenter, il sera donc de plus en plus dur de se qualifier pour un tournoi majeur. Tout le monde peut battre tout le monde. C'est une excellente nouvelle pour le basketball en Europe, de voir que le niveau progresse d'année en année.

Aimeriez-vous prendre part aux matches de la troisième fenêtre, le 29 juin en Bosnie-Herzégovine et le 2 juillet en Russie ?
Oui, ça serait génial, mais il est encore trop tôt pour en parler. Beaucoup dépendra de mon contrat avec les Spurs. Les gens savent que j'ai toujours énormément de plaisir à jouer en équipe nationale. Je me réjouis de revêtir à nouveau le maillot des Bleus et d'aider l'équipe dans le futur.

"NOUS DEVONS NOUS QUALIFIER, COÛTE QUE COÛTE. PEU IMPORTE LA MANIÈRE." LauvergneLauvergne

Membre de la sélection depuis 2013, qu'avez-vous retiré de positif du dernier EuroBasket, où vous vous êtes inclinés en quarts de finale contre l'Allemagne ?
Je suis le genre de joueur qui apprend et progresse avec chaque expérience. Nous étions déçus de perdre contre l'Allemagne. Nous avons connu des hauts et des bas durant le tournoi, mais nous avons aussi réussi de belles choses. Les gens avaient oublié que certains de nos piliers, notamment Tony Parker, Florent Pietrus et Mickaël Gelabale, n'étaient plus là. Nous étions donc moins expérimentés au niveau international l'été passé que lors des compétitions précédentes. Le plus important est de continuer à travailler dur et de poursuivre notre développement en tant que groupe et qu'équipe, parce que nous avons de nombreux joueurs talentueux. Nous avons un grand potentiel et nous pouvons aspirer à de belles performances lors des prochaines compétitions.

"JE ME RÉJOUIS DE REVÊTIR À NOUVEAU LE MAILLOT DES BLEUS ET D'AIDER L'ÉQUIPE DANS LE FUTUR." LauvergneLauvergne

Lors de la dernière Coupe du Monde en Espagne, vous avez aidé la France à surprendre l'Espagne en quarts de finale et décrocher un troisième rang final.
Ça a été une expérience incroyable pour moi. Je jouais beaucoup et nous avons fait une très bonne campagne. Cela m'a servi pour ma carrière, puisque c'est après ce tournoi que les Denver Nuggets ont fait le forcing pour me signer. Gagner une médaille est un moment inoubliable. Contre les Espagnols, nous avons réalisé l'un des meilleurs matches de la dernière décennie du basketball français. Cela nous a donné le plein de confiance pour la suite du tournoi. L'expérience humaine a été fantastique, nous nous sommes battus les uns pour les autres, et nous avons accompli un truc que peu de monde attendait de nous. Ce genre de compétition est génial pour acquérir de l'expérience. Je ne l'oublierai jamais.

À San Antonio, vous avez retrouvé votre ancien coéquipier au Partizan Belgrade, le Letton Davis Bertans. Que pouvez-vous dire à son sujet ?
Davis est un bosseur et il est très talentueux. Je ne suis pas surpris de voir la saison qu'il réalise pour le moment. Il a fait un formidable EuroBasket et c'est grand connaisseur de notre sport. Aux côtés de Kristaps Porzingis, il porte tous les espoirs du basketball letton. C'est un excellent coéquipier. Il a connu de graves problèmes de genoux, mais il est toujours parvenu à revenir pour poursuivre son rêve. Peu de gens parlent de lui, mais selon moi, il est un des joueurs les plus sous-estimés d'Europe.

Vous jouez sous les ordres du boss des Spurs Greg Popovich, qui sera la coach des USA à l'occasion de la Coupe du Monde. Comment c'est ?
C'est une belle expérience. Nous parlons là d'un des meilleurs coaches au monde, de quelqu'un qui a gagné des titres et qui fait des choses incroyables depuis 20 ans. C'est un bel apprentissage pour moi, je suis très heureux d'avoir eu cette opportunité.

FIBA