20/05/2024
Africa
lire

Aisha Mohamed, double olympienne, encourage le Nigéria en vue des Jeux de Paris en 2024

 

BUFFALO (USA) - Aisha Mohamed fait partie des héroïnes du basket-ball féminin nigérian et africain.

Elle a fait ses débuts olympiques à 18 ans avec le Nigeria aux Jeux d'Athènes en 2004, et 18 ans plus tard, elle faisait sa deuxième apparition olympique aux Jeux de Tokyo en 2022, marquant ainsi sa dernière prestation avec le Nigeria.

Aisha Mohamed

Bien que le Nigeria, à ces deux occasions, n'ait pas dépassé le tour préliminaire et ait terminé respectivement à la 11e place, Mohammed affirme que ces deux expériences ont été bénéfiques dans une large mesure, car elles ont beaucoup aidé sa carrière.

La joueuse, du haut de son mètre 94, avoue qu'elle continuera à savourer le temps passé avec les D'Tigresses. "J'ai apprécié chaque instant en tant qu'athlète professionnelle qui a joué pour l'équipe nationale du Nigeria, dans plusieurs clubs et à l'université."

Mohammed dit que le ressenti était positif et qu'elle a apprécié les moments de compétition en Europe parce que c'était compétitif et difficile. "Cela m'a permis d'aller de l'avant et d'apprendre à partir des défis."

Le Nigeria a atteint les quarts de finale de la Coupe du monde de basket-ball féminin de la FIBA 2018.

À propos du premier titre du Nigeria à l'AfroBasket (2003), qui a permis au pays de participer pour la première fois aux Jeux olympiques et dans lequel elle a joué un rôle important, Mohammed a déclaré que c'est la soif de victoire qui les a poussées à continuer et qu'elles n'ont jamais détourné leur attention du trophée.

"Nous mourrions d'envie d'entrer dans l'histoire. La seule chose que nous voulions, c'était gagner. C'était un rêve qui devenait réalité et j'étais très excitée."

Bien qu'elle ait perdu les trois matches de la phase de groupe à Athènes et à Tokyo, elle affirme que l'engagement pur et simple a été la source d'inspiration de l'équipe. "La force motrice était notre dévouement à rendre le Nigeria, notre pays, fier. Et pour moi en particulier, je me suis sentie privilégiée et honorée de représenter ma patrie."

En ce qui concerne les prochains Jeux Olympiques de Paris, Mohammed adresse un message aux joueuses qui participeront pour la première fois aux Jeux Olympiques en 2024 : elles doivent s'y rendre et rendre les Nigérians fiers d'elles.

« Elles doivent avoir confiance et être courageuses lorsqu'elles portent le maillot du Nigéria aux Jeux olympiques. Elles doivent y aller, donner le meilleur d'elles-mêmes et jouer de tout leur cœur. Quel que soit le résultat, nous les soutiendrons toujours et nous serons fiers d'elles. Naija n'est n'importe qui, nous sommes le géant de l'Afrique".

Aisha Mohamed

En ce qui concerne le Canada, l'Australie et la France, qui font partie du groupe B avec le Nigeria, Mohammed prévient que les championnes d'Afrique en titre ne doivent pas être sous-estimées.

"Le Nigeria a été présent deux fois et en a tiré des enseignements. Je pense que le monde se souvient encore de notre exploit en 2018 lors de la Coupe du monde de basket-ball féminin de la FIBA, où nous avons créé la surprise."

"Le Nigeria peut encore répéter cet exploit. Avec du travail, un esprit d'équipe et de la détermination, tout est possible. Elles peuvent passer la première phase de groupe comme nous l'avons fait et avons choqué le monde en Espagne en atteignant les quarts de finale. Je sais qu'elles feront de leur mieux pour rendre le Nigeria fier."

Elle se souvient du plus grand défi du Nigeria à l'époque, le match contre les États-Unis. Elle souligne que le Nigeria a eu un bon rythme pendant les deux premiers quarts de la rencontre, avant de laisser échapper la victoire par excès de nervosité.

S'exprimant sur sa contribution à l'autonomisation des jeunes filles par le biais du basket-ball, Mohammed reconnaît qu'il est difficile d'amener du monde à pratiquer la discipline, mais que celles qui font preuve de détermination et qui sont inspirées par son exemple sont toujours encouragées à aller au bout de leurs rêves.

"Je les encourage à travailler dur, à avoir de l'autodiscipline, de l'estime de soi, de la détermination et de la confiance dans la vie, et à ne jamais dire "je ne peux pas le faire" ou à renoncer à leurs rêves."

"Personne ne peut vous empêcher de réaliser vos rêves, si ce n'est vous-même. Je leur fais comprendre que rien n'est facile dans la vie, que si vous voulez vraiment quelque chose, vous devez travailler très dur pour atteindre vos objectifs. Aucune peine, aucune victoire", a souligné Mohamed.

FIBA