×

Suivre FIBA sur Facebook

03/05/2021
Foundation
to read

Des opportunités pour les enfants dans les rues de Libreville, Gabon

LIBREVILLE (Gabon) - Les fondateurs de l'Association Azeva Street Basket  ont remarqué que le manque de divertissements et d'opportunités étaient les principales causes de délinquance et d'insécurité dans les quartiers défavorisés de la capitale et ont trouvé que le basketball était un excellent remède à ce problème.

En 2017, Azeva a commencé à organiser des événements de basketball dans les rues de Libreville, au Gabon. 

«Le sport est un atout qui doit avoir un rôle important dans chaque commune car il peut enseigner des valeurs essentielles de cohésion sociale comme le partage, le respect des règles, de soi et des autres», a déclaré Kondou Bissiemou Cocoye, président d'Azeva au nom de l'équipe Azeva acharnée et motivée.

Le programme d'Azeva comprend des camps de Mini Basketball, qui enseignent aux enfants de 12 ans et moins les bases du basketball et comment améliorer leur comportement social. Il comprend également des camps pour les jeunes de 20 ans et moins qui visent à susciter l'enthousiasme pour le basketball dans les communautés défavorisées. L’objectif d’Azeva est d’avoir un impact sur la communauté.

 

«Nous voulons inspirer nos jeunes défavorisés à devenir plus grands qu'ils ne se perçoivent eux-mêmes et à devenir des leaders et des inspirations pour les prochaines générations», a expliqué Kondou.

Leur objectif à long terme est d'introduire le basketball dans ces communautés défavorisées et de donner aux jeunes la possibilité de rejoindre des clubs de basket-ball locaux.

Grâce à son partenariat avec Molten, la Fondation FIBA ​​a pu faire don de plus de 200 ballons à Azeva. «Le don a relancé les activités de notre association. Cela nous a permis de développer nos activités »a déclaré Kondou.

 

 

«Nous avons utilisé les ballons de basket au profit des communautés. Nous avons organisé nos camps dans 4 quartiers différents de la capitale», a-t-il poursuivi.

Les quartiers se sont de nouveau animés avec l'arrivée des enfants sur les terrains. La joie, l'enthousiasme et l'excitation étaient palpables parmi les enfants. «En apprenant aux enfants à dribbler, à passer et à tirer, nous leur apprenons le contrôle, le leadership, la confiance, l'estime de soi et l'attention», a déclaré Kondou qui espère que ces activités permettront également à plus de jeunes de s'intéresser au sport.

Les camps apprennent également aux enfants à rester actifs et en bonne santé et leur donnent un espace sûr pour s'exprimer. À la fin de chaque camp, Azeva a pu offrir des ballons de basket aux communautés locales afin que les enfants et les jeunes puissent continuer à profiter de la pratique du sport.

«Dans chaque quartier, les entrainements avec les enfants de moins de 12 ans se poursuivent avec une session de formation par semaine», a déclaré Kondou, heureux que son initiative ait un impact durable.

 

L’objectif principal d’Azeva pour l’avenir est d’accroître la participation des filles. «Lorsque nous nous sommes tournés vers des filles qui regardaient les activités, elles répondaient souvent avec « les filles peuvent jouer aussi? », A expliqué Kondou avec regret.

Les organisateurs d'Azeva pensent que cela est dû à des questions culturelles car leurs rôles ont été définis comme étant à la maison plutôt que sur le terrain. Il y a également un manque de représentation de modèles féminins dans les médias, ce qui permettrait aux filles de voir que le sport n'est pas uniquement réservé aux garçons.

«Nous aimerions aborder ce problème en parlant davantage du basket féminin et en emmenant avec nous une ancienne basketteuse lors de nos prochains camps afin que les filles autour du terrain puissent voir que le sport n'a pas de sexe», a déclaré Kondou.