×

Suivre FIBA sur Facebook

01/09/2016
News
to read

La Turquie doit déjà penser à Tokyo 2020

RIO DE JANEIRO (Rio 2016 Olympic Games) - S'il est un match du Tournoi olympique féminin de Rio qui a passionné les spectateurs présents, c'est bien le quart de finale entre l'Espagne et la Turquie.

Si son issue a été des plus heureuses pour les Espagnoles, elle a par contre été dramatique pour la Turquie.

"Je pense que le moment est venu de nous projeter vers le futur et d'encourager les jeunes à tout faire pour revenir ici [aux JO] en 2020." - Lara Sanders

Au terme d'un match qui a vu une équipe dépasser l'autre à cinq reprises, c'est le tir au buzzer d'Anna Cruz qui a propulsé les futures médaillées d'argent en demi-finale. Une défaite d'autant plus cruelle pour la Turquie qu'elle était en tête pour la majeure partie de la rencontre.

Cruz a inscrit le tir de la victoire en quart de finale, synonyme d'élimination pour les Turques

Si la Turquie avait mieux su gérer ses changements et rester concentrer, elle serait sortie gagnante de cette confrontation.

Les Turques ont en effet encaissé un sec 12-2 au cours des dernières 3:45 minutes. Ce revers signifie probablement aussi la fin d'une génération.

 

Avec les vraisemblables prochaines retraites internationales de plusieurs joueuses de la sélection nationale turque, il apparaît clair que la Turquie doit désormais se tourner vers l'avenir.

Lara Sanders, qui a fait de son mieux pour aider son pays d'adoption, s'est confiée à FIBA.com.

"Cette défaite est triste, surtout pour la génération de joueuses turques qui prendra bientôt sa retraite. Nous voulions gagner pour Birsel [Vardarli], pour Saziye [Ivegin], et leurs visages à la fin du match faisaient de la peine à voir," admet Sanders, qui a terminé le match avec 22 points et 10 rebonds. "Je pense que le moment est venu de nous projeter vers le futur et d'encourager les jeunes à tout faire pour revenir ici [aux JO] en 2020."

Quand on lui demande comment elles ont laissé Cruz marquer le tir victorieux, Sanders dit que la Turquie a simplement connu un gros passage à vide dans les deux dernières minutes, tant en attaque qu'en défense.

"Nous n'avons pas eu de chance après mon lay-up égalisateur à quatre secondes de la fin. Elles ont rapidement mis la balle en jeu et ont vite remonté le terrain. Ensuite, quand le score est à la parité, ce genre de tir est plus facile," explique-t-elle.

"Nous nous attendions à jouer une des deux demi-finales. Nous nous connaissons bien, nous savons ce que nous valons. Mis à part les USA, c'est assez équilibré. Nous avons atteint tous nos objectifs, sauf un."

FIBA