×

Suivre FIBA sur Facebook

22 - 30
September 2018
30/09/2018
News
to read

Cambage : respect, dunk, Griner et les USA

TENERIFE (FIBA Women's Basketball World Cup 2018) - Favorite dans la course au titre de MVP à Tenerife, Liz Cambage s'est exprimée au sujet des dunks et du besoin qu'a le basketball féminin d'enfin recevoir le respect qu'il mérite.

L'intérieure des Opals a été phénomémale tout au long de cette Coupe du Monde féminine FIBA 2018 - avec pour mission de faire tomber en finale les USA et de soulever le trophée récompensant les gagnantes du tournoi.

Souvent au centre de toutes les attentions, Cambage s'est montrée décisive en demi-finale contre l'Espagne. Non seulement en compilant des stats incroyables, mais également en interagissant de manière ostensible et animée avec les fans locaux.

"J'ai toujours dit que les huées des supporters me donnaient des ailes. C'est le genre de situation qui me motive et que j'affectionne," avait dit Cambage au sortir de son formidable double-double qui a propulsé son pays vers sa seconde finale dans cette compétition. "J'ai beaucoup de respect pour l'Espagne. J'aime cette ville, cette île, ce pays. Elles se sont données à fond pour leur pays et je respecte ça.

"Cela a été difficile. Nous savions avant le match que ces 40 minutes allaient être terribles, et elles l'ont été. L'Espagne a une superbe équipe. Nous avons juste mieux su gérer la fin. Nous avons tout donné sur le terrain."

Ce qui s'est passé durant le match entre les fans de l'Espagne et Cambage, constamment en train de les 'allumer', était peut-être à la limite, voire au-delà pour certains. Mais pour la joueuse, cela faisait clairement partie du spectacle, du divertissement, et cela a permis à coup sûr d'attirer plus d'attention sur l'événement.

En effet, Cambage est convaincue que le basketball féminin doit encore susciter plus d'intérêt, et à ceux qui sont prompts à le critiquer, elle conseille d'aller se regarder dans le miroir et de faire face à leurs propres imperfections.

"J'ai toujours dit que beaucoup de ceux qui ne respectent pas le basketball féminin sont des mecs qui ont probablement juste joué au lycée et qui n'ont jamais percé," lance-t-elle. "Si tu n'es pas ouvert à l'idée que des femmes peuvent avoir du succès dans le sport, c'est que tu as un problème avec toi-même. C'est ce que tu peux constater en lisant les commentaires haineux (à l'égard des athlètes féminines et le sport féminin en général ) des gens sur internet. En fait, ils projettent leurs propres insécurités.

View this post on Instagram

day by day, game by game 💪🏽💚💛

A post shared by 𝕰𝖑𝖎𝖟𝖆𝖇𝖊𝖙𝖍 𝕷𝖎𝖟 𝕮𝖆𝖒𝖇𝖆𝖌𝖊 (@ecambage) on


"Le basketball féminin n'est pas aussi athlétique que le masculin, mais notre jeu est plus tactique et il est basé sur la précision dans l'exécution des systèmes, sur le travail d'équipe, et c'est complètement différent. Nous proposons néanmoins un beau spectacle et je connais plein de gens qui préfèrent regarder un match de basketball féminin."

Une part de la grande exposition de Cambage est le fait qu'en plus d'avoir des opinions tranchées, elle est capable de dunker.

Elle s'était rendue célèbre aux JO de Londres 2012 en réussissant un dunk et les fans du monde entier désirent savoir si elle parviendra à faire pareil à Tenerife.

"Rien de ce que je fais sur le terrain n'est planifié. Tout est spontané," souligne-t-elle.

Une chose est sûre, Cambage ne fera pas quelque chose juste pour faire plaisir aux autres. Ce qui est intéressant, c'est qu'elle est la première à encourager les jeunes joueuses à faire preuve d'audace et à essayer le plus tôt possible dans leur carrière.

"Tu dois t'entraîner jusqu'à ce que tu y arrives," dit Cambage. "Adolescente, j'avais toujours peur de le faire. Je ne sais pas pourquoi j'étais si timide alors que je savais à 16 ans que je pouvais dunker.

View this post on Instagram

Dunk, Shaq, DJing, Training, Fashion, Family, Beauty tips... @ECambage answers your questions! 🇦🇺💬🔊

A post shared by FIBA (@fiba) on


"Pour moi, le plus tôt tu commences à dunker, le mieux tu arriveras à le faire. J'aurais aimé le faire plus rapidement et plus souvent.

Son conseil est que plus tu entraînes quelque chose, plus tu as de chances de la réussir, donc vas-y, fonce," souligne la star des Opals.

Niveau dunk, Cambage se retrouvera ce soir face à une autre joueuse connue pour sa capacité à dunker - Brittney Griner. Elle en avait réalisé un il y a quatre ans, dans ce qui avait été la plus belle action du tournoi.


Le clash contre les USA promet d'être passionnant et c'est un duel dans le match que tout le monde se réjouit de voir. C'est la première fois que la vedette australienne participera à une finale de Coupe du Monde.

"C'est ce dont nous rêvons enfants - des médailles d'or. Les Américaines en ont beaucoup," note-t-elle. "Nous avons remporté notre première Coupe du Monde féminine en 2006 et nous sommes en quête d'un second titre depuis. J'en ai marre du bronze. J'ai quelques médailles de bronze et je veux maintenant autre chose. J'en veux une en or. Je veux des médailles d'un métal différent - c'est ça que je convoite.

"Ce sera encore un match très dur, mais c'est comme ça dans ce genre de compétitions. Le Team USA aligne un effectif de 'all-stars'. La lutte sera acharnée, mais j'estime que nous avons nos chances.

"J'adore 'BG' (Brittney Griner). Nous passons pas mal de temps ensemble et les gens veulent maintenant nous voir nous mesurer l'une à l'autre. Je respecte tellement cette femme," sourit Cambage.

FIBA