×

Suivre FIBA sur Facebook

06 - 21
August 2016
21/08/2016
News
to read

L'Espagne félicite l'Australie

RIO DE JANEIRO (Jeux Olympiques Rio 2016) - La victoire décrochée par l'Espagne 89-88 face à l'Australie est peut-être le meilleur match pour la médaille de bronze de tous les temps.

Les équipes se sont rendu coup pour coup pendant 40 minutes et l'Espagne, après les deux lancer-francs de Sergio Rodriguez à moins de 6 secondes du terme de la rencontre, a finalement décroché une médaille olympique pour la troisième fois consécutive.


Rodriguez et l'Espagne célébrant leur victoire face à l'Australie

Les Boomers, qui espéraient obtenir la première médaille de son Histoire aux Jeux Olympiques ou aux Championnats du Monde, ont été crucifiés à un seul point.

"C'est un très bon résultat pour notre équipe, après la manière dont nous avons commencé, les deux défaites," a déclaré l'Espagnol Pau Gasol, qui a terminé avec la meilleure marque de 31 points. L'Espagne avait perdu contre la Croatie et le Brésil, par trois points en tout, lors de leurs deux premières rencontres du Groupe B.

"C'était une bataille incroyable entre deux équipe qui voulaient une médaille olympique. Je suis fier de la médaille que nous avons obtenue malgré l'adversité. Je suis fier de ce que nous avons fait depuis tant d'années. Je félicite les Australiens aussi parce qu'ils se sont donnés à fond dans cette compétition, même si malheureusement pour eux, ils n'ont pas gagné."

"Ils méritent leur médaille olympique. Il y a beaucoup de déception et  de peine dans le vestiaire en ce moment. Je suis fier d'avoir travaillé avec ce groupe de joueurs et de la manière avec laquelle ils ont représenté l'Australie sur la scène internationale." - Andrej Lemanis, coach de l'Australie

Le coach espagnol Sergio Scariolo a aujourd'hui mené l'Espagne à trois des quatre derniers titres de l'EuroBasket, une médaille d'argent aux Jeux de 2012 et une médaille de bronze aux Jeux de Rio de Janeiro de 2016.

"Nous sommes fiers et contents de ce que nous avons accompli," a-t-il dit. "Nous l'avons une nouvelle fois réalisé sur un match très, très difficile. "Notre adversaire était si fort, nous nous sommes vraiment battus jusqu'à la dernière seconde, littéralement. Ils n'ont réalisé qu'un seul mauvais match mais sinon ils ont été des adversaires très forts et compétitifs."

Le mauvais match de l'Australie s'est passé 48 heures auparavant. Un match catastrophique contre la Serbie, qui l'a complètement paralysée  défensivement en première mi-temps, pour finalement l'emporter 87-61.


Les joueurs australiens, après le buzzer final

L'équipe d'Andrej Lemanis a fait preuve dans cette rencontre de dimanche d'une énorme détermination et d'un superbe état d'esprit. Les joueurs ont couru après cette victoire comme si leurs vies en dépendaient. Quand tout s'est terminé, Lemanis était bouleversé en conférence de presse.

"Je suis juste fier de notre groupe et de la manière avec laquelle ils sont restés solidaires pendant ce tournoi," a-t-il déclaré.

"Ils méritent leur médaille olympique. Il y a beaucoup de déception et de peine dans le vestiaire en ce moment. Je suis fier d'avoir travaillé avec ce groupe de joueurs et de la manière avec laquelle ils ont représenté l'Australie sur la scène internationale.

"Le résultat n'a pas été celui que l'on souhaitait et qu'on pensait mériter, mais nous avons joué de la bonne manière...'

Le sujet principal en zone mixte et en conférence de presse était la faute sifflée sur Patty Mills, le leader au scoring de l'Australie avec 30 points, sur Rodriguez quand le meneur de jeu espagnol allait au panier à quelque secondes du terme de la rencontre.


Mills était du côté des vaincus malgré une nouvelle performance exceptionnelle

"C'est frustrant quand leurs quatre derniers points ont été des lancer-francs, après ce qu'on peut appeler des décisions relativement dures," a déclaré Lemanis. "Entre ce que tu choisis de siffler et quand tu décides de laisser jouer, en particulier dans une situation comme ça, c'est difficile à avaler..."

Mills a été questionné sur le sujet.

"C'est ce qui arrive dans les gros matchs de basket," a-t-il dit. "Les choses vont dans ton sens parfois, et les choses vont dans l'autre sens parfois aussi. Tu ne contrôles que le 'contrôlable'."

"Je pense que la chose la plus importante, c'est de voir à quel point ces garçons sont passionnés sous le maillot national. C'est ce qui compte le plus. Tu donnes tout sur le parquet. On espère juste que tout le monde à la maison a le sentiment d'avoir vécu cette aventure avec nous."

FIBA