08/05/2024
News
Lire

L'expérience internationale, l'atout des Minnesota Timberwolves

MINNEAPOLIS (USA) - Est-ce une coïncidence si les Minnesota Timberwolves ne sont plus qu'à deux succès d'atteindre les finales de la Conférence Ouest de la NBA pour seulement la seconde fois de leur histoire ?

Est-ce le résultat d'un processus naturel de maturation d'un groupe d'excellents joueurs ou une autre explication peut-elle être trouvée ? Les T-Wolves n'ont jamais manqué de talent. En 2004, ils ont disputé le finale de conférence, avec une élimination en six matchs contre les Lakers.

La réalité, c'est que la franchise du Minnesota n'a jusqu'à présent jamais été en mesure de confirmer tout son potentiel avec des résultats probants au plus haut niveau. Mais peut-être que cette attente est sur le point de prendre fin. L'équipe semble avoir les moyens d'aller chercher le titre et il est indéniable que toute l'expérience internationale accumulée par ses leaders est d'une grande aide.


Le coach Chris Finch (54 ans) a lancé sa carrière au bord des terrains en Europe après avoir mis un terme à sa carrière de joueur en Grande-Bretagne.

Il a également dirigé la sélection nationale britannique, la guidant même jusqu'au FIBA EuroBasket, aidant l'équipe à passer de la Division B à la phase finale du tournoi continental en 2009 et 2011. Il l'a aussi coachée aux JO de Londres en 2012, avec comme assistant Nick Nurse, sacré champion NBA en 2019 avec les Toronto Raptors.

Finch a été le coach de la Grande-Bretagne à Londres en 2012

Minnesota dispose de nombreux joueurs qui se sont bonifiés grâce à leurs passages en Coupe du Monde FIBA.

Deux d'entre eux sont Anthony Edwards et Karl-Anthony Towns, qui ont respectivement représenté les USA et la République dominicaine à Manille en fin d'été passé.

Les deux hommes réussissent de remarquables performances en play-offs. Edwards a cumulé 27 points et 7 assists lundi et Towns a lui compilé 27 points et 12 rebonds dans le large succès (106-80) remporté par les Timberwolves face au champion en titre sortant Denver, de quoi mener 2-0 dans la série au meilleur des sept matchs.

Ils sont unanimes quand il s'agit d'évoquer les bienfaits de leur participation à la Coupe du Monde FIBA 2023.

Edwards, élu dans le "All-Star Five" aux Philippines, a affirmé que le tournoi mondial avait contribué à bien préparer sa saison NBA.

« J'ai travaillé dur l'été passé. Un grand merci à la Team USA, car elle m'a beaucoup aidé à m'affûter en vue de la saison NBA », indique-t-il.

En saison régulière, Edwards a affiché des moyennes de 25,9 points, 5,4 rebonds et 5,1 assists. Lors d'un entretien accordé en début d'année, Edwards a précisé : « Je crois que cela a changé mon approche pour tout, le fait de jouer en équipe, de poser des systèmes et pas seulement de s'isoler pour affronter ses adversaires en 1-contre-1. Et Finchy (le coach de Minnesota Chris Finch) fait de l'excellent travail pour me maintenir dans le système. »

Edwards avoue que la Coupe du Monde FIBA a été d'une grande influence sur sa manière d'aborder dorénavant les choses

Towns reconnaît lui aussi que le tournoi en Asie a été une grande source de motivation pour lui.

« Le basket FIBA est fantastique. C'est un énorme honneur de pouvoir représenter son pays. De nombreux joueurs NBA sont en train de saisir la dimesion globale de notre sport », a-t-il d'ailleurs reconnu avant le début de la compétition.

Les équipes NBA ont été significativement impactées par les basketteurs qui ont vécu une expérience internationale. Beaucoup d'entre eux sont Américains du Nord, mais il y en a aussi passablement qui viennent d'Europe, d'Asie, d'Afrique, d'Océanie et d'Amérique du Sud, et qui évoluent aujourd'hui en NBA ou sont passés par la ligue nord-américaine au fil des ans.

Certains d'entre eux ont même été intronisés au Naismith Memorial Basketball Hall of Fame, comme l'Allemand Dirk Nowitzki, le Français Tony Parker, le Canadien Steve Nash, l'Espagnol Pau Gasol, le Chinois Yao Ming et l'Argentin Manu Ginobili.

Nombreux sont les internationaux qui ont brillé aux USA.

Le Slovène Luka Doncic et ses Dallas Mavericks sont eux aussi engagés en demi-finales des play-offs de la Conférence Ouest

Actuellement, il y a notamment les candidats au titre de MVP de la saison NBA Nikola Jokic (Serbie), Luka Doncic (Slovénie) et Shai Gilgous-Alexander (Canada). Jokic a déjà remporté cette récompense à deux reprises, tout comme le Grec Giannis Antetokounmpo.

Parmi les autres joueurs internationaux à briller en NBA, il faut citer le Finlandais Lauri Markkanen, les Lituaniens Jonas Valanciunas et Domantas Sabonis, ainsi que le Français Victor Wembanyama, tout fraîchement couronné "Rookie of the Year". L'Australie compte de multiples représentants en NBA, notamment Pat Mills et Joe Ingles. Tous ces hommes ont un point commun : ils excellent dans les compétitions FIBA.

Nickeil Alexander-Walker a joué un rôle déterminant dans le beau parcours du Canada à la Coupe du Monde FIBA 2023

Le Canadien Nickeil Alexander-Walker et le Chinois Kyle Anderson ont eux aussi retiré les bénéfices de leur expérience acquise l'an dernier à la Coupe du Monde FIBA 2023.

Alexander-Walker, qui sera présent au Tournoi Olympique de Paris 2024, a totalisé 14 points, 6 rebonds et 3 contres pour les Timberwolves lors du match 2 de la série contre Denver.

Selon lui, un été passé en équipe nationale permet de travailler sur différents aspects du jeu, comme les T-Wolves le lui avaient conseillé l'année dernière.

« Maintenant je sais que l'été, quand je passe du temps en sélection, je peux travailler des choses bien spécifiques qui me seront bénéfiques par la suite », a confié Alexander-Walker à The Athletic durant la Coupe du Monde FIBA. « J'ai un objectif, un but. »

Anderson, aussi connu sous le nom de Li Kaier, a des ancêtres Chinois et il a porté le maillot de l'équipe de Chine pour la première fois l'été passé. 

Dans ce même match 2, il s'est fait l'auteur de 9 rebonds et 8 assists en plus de ses 6 points.

Rudy Gobert et la France n'ont pas réalisé le parcours espéré en Asie en fin d'été 2023, mais la période a malgré tout été bénéfique pour la tour de contrôle de la défense de Minnesota.

Avant le tournoi mondial, le coach Vincent Collet a déclaré au sujet de l'alors triple "Defensive Player of the Year" de la NBA : « Rudy Gobert doit jouer en équipe de France pour avoir la meilleure saison 2023-24 possible en NBA. »

Collet savait évidemment de quoi il parlait, puisque l'intérieur français de 2.16 m vient d'être sacré "Defensive Player of the Year" pour la quatrième fois de sa carrière.

FIBA