×
26 juillet, 2021
08 août
06/05/2021
News
Lire

Japon : Tokashiki espère toujours revenir à temps

TOKYO (Japon) - Vers la fin de l'année 2020, juste avant la pause de Noël, Ramu Tokashiki s'est déchiré le ligament croisé antérieur du genou droit. La blessure de celle considérée comme l'une des plus grandes stars du basket féminin japonais a non seulement eu un impact sur les Eneos Sunflowers (son club professionnel), mais aussi sur la préparation de l'équipe nationale du Japon en vue des prochains JO.

"Je suis extrêmement déçue de la gravité de ma blessure, mais je mettrai tout en œuvre pour ne gaspiller aucun jour et revenir au plus vite," avait déclaré Tokashiki dans le Japan Times en décembre dernier.

"Honnêtement, ce serait facile d'abandonner et je sais que beaucoup de gens pensent qu'il me sera impossible de revenir à temps, mais je fais de mon mieux pour avancer le plus possible dans ma réhabilitation."

Maintenant qu'un tiers de l'année s'est déjà écoulé, Tokashiki n'est pas encore prête à reprendre du service à 100 %, mais elle garde espoir.

"Honnêtement, ce serait facile d'abandonner et je sais que beaucoup de gens pensent qu'il me sera impossible de revenir à temps, mais je fais de mon mieux pour avancer le plus possible dans ma réhabilitation," commente-t-elle dans le Japan Times.

L'importance de Tokashiki pour sa sélection nationale est évidente. Elle est l'intérieure star d'une formation qui a dominé la FIBA Women’s Asia Cup avec quatre titres consécutifs. Elle a aussi été son principal atout offensif aux JO de Rio 2016, tournant avec des moyennes de 17.0 points et 6.3 rebonds.

La joueuse de 29 ans est consciente de porter les espoirs de toute une nation sur ses épaules et elle serait très honorée de pouvoir disputer à nouveau les JO, mais elle connaît également ses limites.

"Je ne vais pas exagérer et mon genou reste ma priorité. Les JO de Tokyo ne seront pas les derniers auxquels j'aurai une chance de participer. Bien sûr, j'aimerais être de la partie, mais je dois voir à plus long terme."

Si Tokashiki n'est pas complètement remise à temps, le Japon devra se préparer à aligner une équipe plutôt petite aux JO de Tokyo. Même si ceci serait un désavantage pour les Japonaises, elles ont bien l'intention de parer à cet éventuel problème en trouvant d'autres solutions pour relever les défis qui les attendent.

"Nous nous sommes entraînées avec des équipes petites", commente la distributrice star Rui Machida. "Nous n'avons pu faire que des tests à l'interne pour le moment, alors je ne sais pas trop comment ça marchera contre d'autres pays. Quoi qu'il en soit, je me réjouis de voir comment nous réussirons à jouer contre des équipes plus grandes."

"Sans Tokashiki, nous axons davantage notre jeu sur l'extérieur, et nous disposons de plusieurs systèmes pour utiliser nos autres atouts," ajoute l'intérieure remplaçante Rika Tanimura. "Nous essayons d'étirer le jeu vers l'extérieur afin de libérer de la place sous les paniers. Nos joueuses peuvent se servir de leur vitesse en pénétration pour attirer la défense et ensuite ressortir le ballon sur les tireuses extérieures - j'ai le sentiment qu'à force, nous avons gagné en cohésion, les choses sont plus claires."

Dans le cadre du Groupe B, le Japon affrontera la France, le Nigeria et les USA durant le tour préliminaire du Tournoi Olympique Féminin. Les Japonaises disputeront leur premier match le 27 juillet à la Saitama Super Arena, contre la France.

FIBA