×

Suivre FIBA sur Facebook

17 février, 2020
23 février, 2021
24/11/2020
News
to read

La Tunisie rejette son statut de favorite

KIGALI (Rwanda) - La Tunisie, championne d'Afrique en titre, montre une telle humilité qu'il en devient difficile d'imaginer à quel point elle est compétitive une fois sur le terrain, forte de son talent et de l'expérience accumulée au fil des ans.

Alors que les Éliminatoires du FIBA AfroBasket 2021 sont sur le point de commencer à Kigali, capitale du Rwanda, les Africains du Nord poursuivent tranquillement leur préparation. En toute discrétion, en faisant comme d'habitude, en travaillant les fondamentaux pour se maintenir au sommet de la hiérarchie continentale. 

Les vétérans Makram Ben Romdhane, Mohamed Hadidane, Mokhtar Ghyaza et Mourad El Mabrouk forment l'ossature de leur sélection nationale et de par leur régularité et leur sérénité, ils lui ont permis de relever les plus grands défis.

Romdhane a représenté à cinq reprises la Tunisie au FIBA AfroBasket

L'objectif des Tunisiens est clair : défendre leur titre. Pour y arriver, ils devront dans un premier temps finir à l'une des trois premières places du Groupe A - qu'ils partagent avec la République démocratique du Congo, la République centrafricaine et Madagascar - synonymes de qualification pour la phase finale à Kigali l'an prochain. 

Le coach de la Tunisie Dirk Bauermann confie à FIBA.basketball : "Quand tu es le champion en titre, tu veux toujours réussir à défendre ton statut. Mais nous savons que la tâche sera ardue, car le basket africain a énormément progressé au cours des 10 dernières années. Remporter consécutivement deux éditions du FIBA AfroBasket est extrêmement difficile, surtout avec une équipe viellissante."

"Beaucoup de nos approchent de la fin de leur carrière. Il y en a quatre qui ont 34 ans ou plus. Cela ne facilite pas les choses, mais nous avons réussi à intégrer des jeunes de 23-24 ans et cela se passe très bien. Ils ont transmis leur énergie à leurs aînés et ceux-ci ont pu en échange partager leur expérience, il y a donc un très bon équilibre."

De gauche à droite : Ahmed Addami, Achref Gannouni, Hosni Ilehi et Oussama Marnaoui

Bauermann fait référence notamment aux quatre joueurs en photo ci-dessus. Ils ont insufflé de l'air frais et du dynamisme dans la sélection et ils sont très motivés. 

"Nous avons le sentiment qu'ils ont les qualités athlétiques et techniques pour évoluer au plus haut niveau en Afrique. Ce qui leur manque, en partie parce que la génération qui les précède était si forte, c'est de l'expérience. Autant nous voulons gagner tous nos matchs, autant nous souhaitons leur permettre d'en acquérir maintenant pour qu'elle puisse leur être utile lors du FIBA AfroBasket."

"Nous avons fait appel à quelques gars qui ont un énorme potentiel. Ils ont encore besoin de temps, mais les entraînements ne suffisent pas pour progresser vraiment. Il faut disputer des matchs. J'attends simplement d'eux qu'ils donnent le meilleur et qu'ils se battent."

Bauermann connaît bien le basket africain

La Tunisie affrontera Madagascar le 27 novembre, puis la République démocratique du Congo le jour suivant et enfin la République centrafricaine.

Bauermann souligne : "J'ai coaché trois équipes nationales. J'ai participé à trois Coupes du Monde FIBA avec l'Allemagne et nous avons par exemple affronté l'Angola à deux reprises et le Sénégal. Le basket africain ne m'est pas étranger et c'est pour cette raison que je suis bien placé pour constater ses énormes progrès."

"La course au titre continental est bien plus difficile actuellement qu'il y a dix ans. Je ne crois pas que nous sommes les favoris. Je pense qu'il y a plusieurs équipes qui peuvent monter sur la plus haute marche. Si tout le monde est en bonne santé, ce qui ne va pas de soi quand une équipe est vieillissante comme la nôtre, nous appartenons toutefois peut-être aux plus sérieux candidats."

"L'attitude élevée à Kigali n'est pas avantage pour nous, alors que ça l'est pour des formations plus jeunes. Beaucoup dépendra également des présences ou non de Michael Roll et Haithem Saada."

Bauermann et ses protégés savent en tous les cas ce qui les attend en vue de participer à la compétition continentale majeure qui se déroulera du 24 août au 5 septembre 2021 à Kigali.

FIBA